_DSC0230

Lettre ouverte aux maires de la première circonscription de la Nièvre

Madame le Maire, Monsieur le Maire,
Le troisième acte de la décentralisation appliqué par le quinquennat de M. François Hollande a profondément chamboulé notre organisation territoriale. La France, de par son histoire, a la particularité de compter plus de 35 000 communes : c’est une richesse !
En effet, chaque jours, nos élus locaux, dont vous faites partie, travaillent, souvent bénévolement, pour nos concitoyens.
Candidate aux élections législatives, je sais l’importance de nos municipalités qui incarnent la proximité des décisions politiques auprès de nos concitoyens. Nos communes doivent être préservées car en l’absence d’élus volontaires pour entretenir notre territoire et créer du lien social, personne ne remplacera ce lien si indispensable auprès de nos concitoyens.
Si les nivernais me font confiance, je souhaite défendre à l’Assemblée Nationale la préservation des DGF et voter contre le chantage à la fusion des municipalités qui conduit à distendre ce lien de proximité qui unit nos élus de terrains avec les français.
La vitalité économique de nos territoires est une composante essentielle de son avenir et de son attractivité. Pour cela, il est urgent d’envoyer à l’Assemblée Nationale des élus conscients des réalités vécues par nos concitoyens et ayant une vision de l’aménagement du territoire à la fois équilibré et de long terme.
La « fracture territoriale » n’est pas une fatalité, elle est le fruit de mesures successives qui cherchent à imposer l’affirmation de métropoles dans un cadre européen, laissant à la marge la majeure partie de notre territoire et de ses richesses.
Malheureusement, l’élection de M. Macron à la tête de l’État ne laisse en rien présager une amélioration de cette situation. En effet, favorable aux lois NOTRe et MAPTAM, Emmanuel Macron et sa future majorité méconnaissent la réalité de notre territoire.
Nous devons agir pour nous réapproprier cette France qualifiée de périphérique, et la replacer au centre de nos préoccupations, de nos espoirs.
Si nos concitoyens me font confiance, c’est à cette tâche que je souhaite consacrer mon mandat.
Je vous prie d’agréer, Madame le Maire, Monsieur le Maire, l’expression de mes salutations les plus cordiales.
Pauline VIGNERON